AMS dating forensic samples

Datation par le radiocarbone – un outil pour la recherche médico-légale

Taille recommandée pour les échantillons (de plus petites quantités sont possibles pour les AMS – merci de nous contacter)
Ossements – 2-10 grammes (brûlés), 2-4 grammes (incinérés et non chauffés), 1-5 grammes (os calcinés)
Dents – 1 à 2 dents humaines
Cheveux – 20 à 50 mg
Contenants recommandés
Sacs Ziplock (si l’échantillon est petit ou risque d’être écrasé pendant le transport, veuillez l’emballer dans de l’aluminium)
Nous vous recommandons grandement d’envoyer vos échantillons dans de petites boites quand cela est possible (au lieu d’utiliser des enveloppes) pour protéger l’intégrité physique des échantillons.
Pour d’autres matériaux, veuillez contacter le laboratoire pour des informations concernant la taille de l’échantillon.

Les experts en science médico-légale utilisent la datation par le radiocarbone pour déterminer la période approximative du décès d’un individu mort il y peu (dans le contexte d’une affaire judiciaire, par exemple) ou bien dans l’antiquité (dans le contexte d’une recherche archéologique). Pour ce faire ils ont recours au “carbone de bombe atomique.”

Carbone de bombe atomique, un marqueur utilisé dans des études récentes

Les êtres vivants assimilent le radiocarbone présent dans l’atmosphère. À tout moment, les niveaux en radiocarbone dans les êtres vivants et dans l’atmosphère sont similaires. Cependant, la prolifération des essais thermonucléaires dans l’atmosphère dès le début des années 1950 jusqu’en 1963 a fait que de grandes quantités de radiocarbone artificiel, c’est-à-dire du carbone de bombe atomique, ont été ajoutées dans l’atmosphère, causant une augmentation de presque 100% du niveau mondial par rapport aux niveaux d’avant 1950.

L’année 1963 a été marquée par la signature du Traité d’interdiction partielle des essais nucléaires par les Etats Unis, le Royaume Uni et l’Union Soviétique, qui stipule que les essais nucléaires militaires ne devaient plus être effectués à l’air libre. Depuis, le niveau mondial de radiocarbone a diminué grâce à son absorption par les océans et par des systèmes biologiques, de telle sorte que par exemple, les niveaux de radiocarbone mesurés dans l’atmosphère dans des années 1990 étaient moins élevés que ceux mesurés dans les années 1970. C’est pour cette raison que les niveaux décelés sur des individus décédés pendant ces périodes reflètent les mêmes tendances.

Ce que l’on peut facilement déterminer grâce à la datation au carbone 14

– déterminer si un individu a vécu après les essais nucléaires militaires

– élucider (à la décennie près) quand un individu a vécu/est mort dans des circonstances particulières

Ce que l’on ne peut pas facilement déterminer par la datation au carbone 14

– déterminer l’âge d’un individu

– préciser l’année de la mort d’un individu

REMARQUE : La presse scientifique cite des publications qui indiquent que la datation par le radiocarbone peut être utilisée pour déterminer l’âge approximatif d’un individu en comparant les résultats de datation des dents à ceux des os. De plus, l’utilisation de la signature au radiocarbone pour l’os trabéculaire en comparaison avec celle pour l’os cortical a été citée comme étant un moyen de déterminer de quel coté de la courbe des retombées des essais nucléaires l’individu a vécu (avant ou après 1963).

Sujet connexe:

Datation des os et dents par spectrométrie