Taille des échantillons et récipients recommandés

Veuillez nous contacter pour connaître les quantités minimales.

Les quantités recommandées ne sont pas obligatoires, ce sont uniquement des recommandations générales. Nous pouvons analyser de très petites quantités de carbone dans nos spectromètres de masse par accélérateur (AMS).

Les quantités nécessaires varient. Nous vous recommandons toujours de choisir les échantillons les plus adaptés à vos objectifs de recherche. Si vous craignez que votre échantillon soit trop petit, n’hésitez pas à nous contacter pour en discuter.

Les quantités indiquées ci-dessous supposent que le matériau soit sec et débarrassé de toute matrice associée ou adhérante.

Prétraitement – Il est important de comprendre la nature des prétraitements qui seront appliqués à l’échantillon, car ils ont une influence directe sur le résultat final. Si vos échantillons sont particulièrement petits ou fragiles, nous devons discuter des différentes options de prétraitement possibles avant de les appliquer afin d’éviter une réduction de taille excessive. Egalement, n’hésitez pas à demander à ce que l’on vous contacte une fois le prétraitement terminé pour discuter des options de datation possibles.

Beta Analytic a supprimé les frais d’annulation et d’analyses partielles (à l’exception des frais d’extraction de cellulose et de solvants) pour les échantillons qui sont trop petits ou ne fournissent pas de carbone exploitable pour une datation par AMS.

Remarque – Nos tarifs incluent la mesure δ13C réalisée dans un spectromètre de masse de rapport isotopique (IRMS), un rapport d’assurance qualité, le calendrier de calibration (si applicable), un accès Internet 24h/24 aux résultats de datation antérieurs et aux analyses en cours. Lors de l’envoi d’échantillons pour datation au radiocarbone, nous incluons également sans frais supplémentaires la mesure d15N pour les os non incinérés, la mesure d18O pour les carbonates ainsi que la mesure d18O et d2H pour les échantillons d’eau.

Cliquer sur le type d’échantillon concerné pour voir si des frais supplémentaires s’appliquent, obtenir des conseils sur le choix des échantillons et des renseignements sur les procédures de prétraitement du laboratoire. Cliquez ici pour plus d’informations sur notre service de datation RadiometricPLUS.

Surcoûts – Le coût de l’extraction de collagène s’applique en plus du prix de base.

Si la qualité du collagène n’est pas appropriée pour la datation par le radiocarbone, l’analyse peut être annulée.

Choix de l’échantillon – Gros morceaux, éclats et copeaux sont les plus adaptés pour la datation au radiocarbone. Si vos échantillons sont déjà réduits en poudre, merci de nous contacter pour en discuter.

Plus d’informations sur le prétraitement et la datation radiocarbone des bois de cervidés

Surcoûts – Le coût de l’extraction de collagène s’applique en plus du prix de la datation AMS.

Etant donné la faible densité des os d’oiseaux, la quantité de collagène par gramme d’os est bien inférieure à celle contenue dans un os de mammifère. Par ailleurs, la quantité disponible pour la datation d’un os d’oiseau est bien souvent très faible. Nous avons réussi à réaliser des datations radiocarbone d’échantillons d’os d’oiseaux de 300 milligrammes seulement lorsque ces derniers étaient bien conservés. Il faut également prendre en considération la source alimentaire et l’éventualité des effets réservoir.

Plus d’informations sur la datation des os

Les os brûlés ont été chauffés à basse température. Ils sont généralement décolorés et souvent fragiles.

Surcoûts – Le coût de l’extraction de collagène s’applique en plus du prix de la datation AMS.

Choix de l’échantillon – Une basse température endommage le collagène, le rend moins résistant aux conditions environnantes et plus susceptible de subir une contamination difficile à retirer. Si possible, il est préférable de choisir les morceaux les moins brûlés. Nous conseillons de choisir la partie corticale provenant des os longs de préférence du fémur ou tibia, car ces derniers se conservent bien. Les os spongieux comme ceux des énarthroses au niveau des articulations synoviales, des vertèbres, etc. souffrent d’une mauvaise conservation et risquent de ne pas fournir assez de collagène suite à une cuisson à basse température.

Le degré de chauffe et les conditions d’inhumation détermineront si un os qui a été chauffé peut être daté par AMS. Il est impossible de prédire ce qui pourra être extrait d’un os qui a été chauffé. Il arrive qu’il reste du collagène qui convienne à une datation. En d’autres occasions, il est possible de récupérer de la matière organique sans pouvoir identifier celle-ci comme étant du collagène. L’analyse de ces “matières organiques résiduelles ” peut donner des datations acceptables, mais il convient de les interpréter avec prudence.

Aucun frais d’annulation ne s’applique s’il s’avère qu’un os chauffé ne peut pas être daté une fois les prétraitements terminés.

Plus d’informations sur le prétraitement et la datation radiocarbone des os

Il s’agit des os qui ont été exposés à des températures supérieures à 600 degrés Celsius pendant une durée suffisante pour retirer les ions carbonate solubles tels que le calcite et les carbonates absorbés tout en laissant intact le carbonate structurel d’origine primaire à l’os.

Surcoûts – L’extraction du carbonate des os s’applique en plus du prix de base.

Choix de l’échantillon – Les copeaux ou morceaux blancs avec peu ou sans marbrures noires, bleues ou grises sont les plus recommandés. Le rendement en carbonate des différentes sections de l’os peut indiquer une crémation incomplète. Pour tester cela, le laboratoire analyse deux portions de l’os pour déterminer leur rendement en carbonate. Si les résultats sont similaires, le laboratoire continue avec la datation AMS. Dans le contraire, le laboratoire vous demande si vous souhaitez continuer ou annuler l’analyse.

La datation du carbonate de l’os fait l’objet d’une demande spéciale qui implique des frais supplémentaires. Merci de nous contacter avant d’envoyer des échantillons pour datation du carbonate de l’os.

S’il s’avère qu’un os incinéré ne peut pas être daté une fois les prétraitements terminés, aucun frais ne sera facturé.

Plus d’informations sur le prétraitement et la datation radiocarbone des os

Il s’agit des os qui ont été exposés à des températures supérieures à 600 degrés Celsius pendant une durée suffisante pour retirer les ions carbonate solubles tels que le calcite et les carbonates absorbés tout en laissant intact le carbonate structurel d’origine primaire à l’os.

Surcoûts – L’extraction du carbonate des os s’applique en plus du prix de base.

Choix de l’échantillon – Les copeaux ou morceaux blancs avec peu ou sans marbrures noires, bleues ou grises sont les plus recommandés. Le rendement en carbonate des différentes sections de l’os peut indiquer une crémation incomplète. Pour tester cela, le laboratoire analyse deux portions de l’os pour déterminer leur rendement en carbonate. Si les résultats sont similaires, le laboratoire continue avec la datation AMS. Dans le contraire, le laboratoire vous demande si vous souhaitez continuer ou annuler l’analyse.

La datation du carbonate de l’os fait l’objet d’une demande spéciale qui implique des frais supplémentaires. Merci de nous contacter avant d’envoyer des échantillons pour datation du carbonate de l’os.

S’il s’avère qu’un os incinéré ne peut pas être daté une fois les prétraitements terminés, aucun frais ne sera facturé.

Plus d’informations sur le prétraitement et la datation radiocarbone des os

Surcoûts – Le coût de l’extraction de collagène s’applique en plus du prix de la datation au carbone 14.

Choix de l’échantillon – La partie corticale est préférée, provenant des os longs (fémur, tibia, os du bras supérieur, de la mâchoire, du crâne plat et parfois les côtes). Les os longs et denses sont les plus recommandés pour une datation AMS car ils ont une masse en collagène supérieure par gramme.

Les os spongieux comme ceux des énarthroses au niveau des articulations synoviales, des vertèbres, etc. souffrent d’une mauvaise conservation dans des conditions difficiles et risquent de ne pas fournir assez de collagène pour la datation par AMS.

Plus d’informations sur le prétraitement, l’ultra-filtration et la datation radiocarbone des os

La flottaison est une technique courante pour consolider ou séparer le charbon de la matrice sédimentaire. Une contamination par l’eau est peu probable du moment que celle-ci est potable. L’utilisation d’agents dispersants non-organiques ne pose pas de problème. Si vous procédez à une flottaison sur vos échantillons, assurez-vous que tous les tamis et contenants soient totalement exempts de carbone.

Veuillez éviter de manipuler les échantillons avec vos mains (cela risquerait d’introduire des huiles modernes). Si vous touchez un échantillon par inadvertance, il pourra toujours être daté, mais il est préférable de le préciser au laboratoire. Séchez l’échantillon avant de l’envoyer afin d’éviter tout développement de moisissures.

Plus d’informations sur le prétraitement et la datation radiocarbone du charbon

Choix de l’échantillon – Veuillez préciser au laboratoire les conditions d’inhumation des excréments et la probabilité de contamination par les matières organiques environnantes. Si votre échantillon provient par exemple d’un environnement désertique, il est possible d’omettre les phases alcalines pour conserver la masse de l’échantillon. Si votre échantillon provient d’un contexte de sol complexe ou est en faible quantité, alors nous recommandons une datation AMS avec prétraitements complets.

Les excréments ont tendance à être très résistants car ils sont composés de matières organiques qui ont survécu au système digestif. Toutefois, dans certains cas, ils peuvent fortement réagir à la solution alcaline utilisée pour retirer les acides humiques secondaires. Avec l’analyse AMS, cela ne représente généralement pas un problème, sauf dans le cas de très petits échantillons.

Veuillez consulter le laboratoire avant d’envoyer des otolithes de poissons afin de déterminer si vos échantillons sont adaptés à une datation.

N’hésitez pas à préciser toute instruction spécifique relative au rapport d’analyses ou au prétraitement (par exemple un décapage léger à l’acide ou aucun prétraitement). Pour les études modernes – les valeurs Δ14C sont communiquées sur demande. Pour les études anciennes – l’âge radiocarbone corrigé pour l’effet de réservoir marin ainsi que les valeurs d13C et d18O sont compris dans le coût de la datation au radiocarbone.

Choix de l’échantillon – Les échantillons doivent arriver au laboratoire pré-extraits.

Plus d’informations sur le prétraitement et la datation radiocarbone des foraminifères

Veuillez consulter le laboratoire avant d’envoyer ce type d’échantillons.

Veuillez consulter le laboratoire avant d’envoyer ce type d’échantillons.

Choix de l’échantillon – Il est souvent impossible de récupérer du carbonate pour une datation AMS précise en raison des applications répétées d’huiles et autres agents de conservation subies par l’échantillon. Toutefois, les échantillons de cuir pur collectés sur les sites archéologiques donnent souvent des dates tout à fait acceptables. Les artefacts en cuir tels que les armures ou les selles donnent quant à eux souvent des résultats douteux.

Veuillez consulter le laboratoire avant tout envoi afin de déterminer si vos échantillons sont adaptés à une datation et de discuter des prétraitements (soit acide-alcalin ou acide–extraction de solvants).

Choix de l’échantillon – Généralement, les chercheurs datant des sédiments choisissent de dater les macro-fossiles ou une portion fine à haute résolution du profil plutôt que d’obtenir une moyenne approximative d’une quantité importante. Parfois un grand volume de sédiment est nécessaire (pas plus de 200g) pour l’extraction de suie, de macro-fossiles ou pour une datation d’une fraction soluble en solution alcaline ou insoluble. Notre laboratoire est capable de réaliser tous ces types d’extraction.

Nous recommandons que seule la quantité de sédiments nécessaire à l’analyse soit envoyée. Nous pouvons vous conseiller sur la quantité nécessaire mais dans tous les cas elle ne devra jamais excéder 200 grammes. En effet, pour la plupart des échantillons de sédiments organiques, seulement 2 à 4 grammes ou moins sont requis pour la datation selon la quantité de carbone.

Destruction des échantillons de sédiments – Les échantillons de sédiments provenant de pays étrangers ainsi que de beaucoup d’États américains doivent être manipulés en accord avec les règles établies par le Ministère américain de l’agriculture (US Department of Agriculture (USDA) et les services de santé animale et végétale (Animal and Plant Heath Inspection Service (APHIS). Ces règles stipulent que les échantillons de sédiments importés doivent être traités chimiquement ou à haute température à réception et par la suite détruits par incinération. C’est pourquoi les échantillons de sédiments seront détruits comme indiqué et ne seront pas renvoyés.

Plus de détails sur le prétraitement et la datation de sédiment vs macrossociles

Choix de l’échantillon – La taille requise pour les tourbes varie en fonction de l’état de la tourbe et de son contenu. Pour des carex, envoyer 10-20mg pour une AMS. Pour des tourbes boueuses, envoyer 2-10mg pour une AMS. De plus, plus l’humidité et la quantité de sédiment sont importantes, plus la quantité de carbone disponible diminue et plus la quantité requise est difficile à évaluer. La présence de plantes dans une tourbe partiellement humide peut amener à la séparation de 2 fractions : une de matériel végétal, et une de sédiment organique.

Plus d’informations sur le prétraitement et la datation radiocarbone de la tourbe

Choix de l’échantillon – Les phytolithes doivent arriver déjà extraits et prêts pour l’analyse car le laboratoire n’a à ce jour pas les moyens de réaliser l’extraction. Cependant, nous pourrons aisément vous mettre en contact avec des experts qui pourrons vous guider dans le processus d’extraction. Si vous réalisez votre propre extraction, merci de ne pas utiliser de solvant comme l’acétone ou l’hexane pour l’évaporation à sec. Les étapes finales doivent être réalisées avec un solvant hydrophile final comme l’acétone suivi par de multiples rinçages dans de l’eau haute-qualité (désionisée, milli-Q, distillée) avant le séchage.

Les phytolithes envoyés dans une forme pré-extraite, isolés et propres peuvent être datés en utilisant 200-400 milligrammes.

Plus d’informations sur les prétraitements et la datation AMS des phytolithes

Contactez le laboratoire pour toute question.

Vous trouverez plus d’informations sur la page dédiée à la datation par AMS de plantes et graines.

Pour les petits échantillons, veuillez nous consulter.

Les échantillons de pollen doivent être “prêts à être analysés” lors de l’envoi. Beta ne dispose pas des installations nécessaires pour extraire et isoler le pollen.

Préparation des échantillons – L’extrait doit être neutre (pH 6-8) pour que la datation AMS soit possible. Lorsque suffisamment de matériau est disponible, une petite portion est testée pour garantir la neutralité. Si l’extrait est acide, il est alors rincé avec de l’eau désionisée pour obtenir un pH neutre. Toutefois, une réduction de la masse de l’échantillon peut se produire au cours de ce processus.

L’échantillon de pollen ne doit pas nécessairement être sec. Il peut être séché au laboratoire. Toutefois, si vous souhaitez sécher votre échantillon, veillez à ne pas utiliser d’acétone ou de méthanol qui pourraient engendrer des résultats plus anciens que la réalité.

REMARQUE : Il arrive que le laboratoire reçoive des échantillons répertoriés comme étant du pollen, mais lors de l’examen au microscope, ces derniers s’avèrent contenir beaucoup de composants tels que des sédiments, fibres et matériaux végétaux. Dans de tels cas, le laboratoire vous demande alors si vous souhaitez continuer ou annuler l’analyse. Si vous décidez de continuer, le matériau analysé sera identifié comme “matériau organique” et non “pollen” dans le rapport d’analyses.

Les prétraitements en laboratoire ne sont pas possibles.

Plus d’information sur la datation radiocarbone du pollen

Choix de l’échantillon – Le matériel pour la datation peut exister sous plusieurs formes : résidus alimentaires carbonisés présents sur la partie interne de l’objet, carbone de combustion sur la partie externe, agents dégraissants extractibles ou encore les carbones organiques présents dans la poterie elle-même. Généralement, les résidus organiques des surfaces internes sont le meilleur choix car ils représentent la période d’utilisation de la poterie et ont une courte durée de vie. Cependant, il arrive que ces résidus n’aient pas une forme capable de résister aux prétraitements alcalins. Si le cas se présente, nous vous contacterons pour en discuter.

Plus de détails sur la datation de la poterie

Choix de l’échantillon – Si vous pensez que les coquillages d’un même contexte ont le même âge, il est tout à fait possible de combiner plusieurs espèces différentes en un échantillon.

Si la taille de l’échantillon est suffisante, le laboratoire retire environ la moitié de la couche externe pour éliminer les carbonates secondaires. Merci de prendre ceci en compte lors de la sélection de vos échantillons. Plus la taille de l’échantillon est importante, plus les résultats seront concluants. Dans le cas d’échantillons de très faible épaisseur ou très petits, il peut arriver que nous soyons limités à un très léger retrait, voire aucun retrait de la couche externe.

Comme nous recherchons le carbone dans le carbonate, les échantillons peuvent être manipulés à mains nues. Par contre, si nous devons analyser la fraction organique, l’échantillon ne doit pas être manipulé sans gants, car les graisses modernes de nos mains contamineraient les échantillons.

Plus d’informations sur le prétraitement sur notre page sur la datation par le radiocarbone consacrée aux coquillages.

Choix de l’échantillon – Les échantillons de choix sont les incisives, les canines et les molaires possédant leurs 4 racines.

Plus d’information sur le prétraitement et la datation radiocarbone des dents

Merci de consulter le laboratoire avant d’envoyer vos échantillons.

Les tissus ont souvent besoin d’une extraction de cellulose, de solvant, ou des deux, à cause des manipulations excessives à mains nues. En raison des frais élevés engagés par le laboratoire en temps et en ressources, les frais d’extraction de cellulose et de solvants seront facturés même si l’échantillon est annulé.

Choix de l’échantillon – Si le textile est bien conservé avec une structure convenable et n’a pas été traité avec des conservateurs, l’échantillon est adéquat pour la datation au carbone-14 avec des prétraitements standards acides – alcalins – acides. L’échantillon peut consister en une lanière très fine, des fibres, ou une pièce de tissu.

Notre politique concernant les textiles et les œuvres d’art – Le laboratoire n’accepte pas les objets de valeur, y compris les pièces vendues sur les marchés d’antiquités. Le laboratoire ne pratique pas d’analyse sur les antiquités, livres, manuscrits, ou objets de nature religieuse.

Pour plus de détails sur la datation des textiles

Merci de consulter le laboratoire avant d’envoyer vos échantillons.

Important – Merci de nous informer si vos échantillons contiennent du sel ou ont été à proximité d’une source utilisant du C14 radiomarqué (14C artificiel). Ceci inclut les bateaux, laboratoires, ou sites connus pour avoir manipulé ou qui ont été contaminés avec du C14 artificiel. Les contenants utilisées pour la collecte et/ou l’envoi doit doivent être neufs. N’ajoutez aucun produit chimique à l’eau une fois collectée.

Nous ne pouvons pas accepter les échantillons d’eau issue de milieu marin ayant été traités avec du Chlorure de Mercure (HgCl2) ou de l’Azoture de Sodium (NaN3) car n’avons pas l’équipement nécessaire à l’évacuation de ces produits toxiques.

Collecte de l’échantillon – Laissez couler l’eau aussi longtemps que possible ou jusqu’à ce que vous soyez sûrs que vous collectez l’eau choisie. Rincez la bouteille à l’eau avant la collecte. N’ajoutez rien à l’eau. Lorsque vous remplissez la bouteille, merci de laisser un espace en haut de la bouteille (laissez le goulot de la bouteille vide). Ceci devrait prendre en compte la dilatation possible pendant le transport. Merci de placer la bouteille dans un sac en plastique et de le fermer avec une attache mono-usage ou du ruban adhésif. Si une fuite survient pendant le transport, l’eau n’endommagera pas le conteneur en carton.

Plus d’informations sur la collecte de l’eau et les conteneurs recommandés sur notre page sur les eaux souterraines.

Choix de l’échantillon – La flottaison est une technique courante pour consolider ou séparer le charbon de la matrice sédimentaire. Une contamination par l’eau est peu probable du moment que celle-ci est potable. L’utilisation d’agents dispersants non-organiques ne pose pas de problème. Si vous procédez à une flottaison sur vos échantillons, assurez-vous que tous les tamis et contenants soient totalement exempts de carbone. Veuillez éviter de manipuler les échantillons à mains nues (cela risquerait d’introduire des huiles modernes). Si vous touchez un échantillon par inadvertance, il pourra toujours être daté, mais il est préférable de le préciser au laboratoire.

Nous vous conseillons de sécher l’échantillon avant envoi pour éviter tout éventuel développement de moisissure. Toutefois, si le séchage n’est pas possible, (par ex. envoi dès collecte sur le terrain ou très petits échantillons en suspension dans une solution), veuillez envoyer votre échantillon avec le mode d’envoi le plus rapide.

Le bois conservé peut nécessiter soit une extraction de cellulose, soit une extraction de solvants ou encore les deux selon le type de conservation du matériau. Si la datation au radiocarbone est annulée, les frais d’extraction de solvants et de cellulose seront tout de même facturés en raison des coûts élevés supportés par le laboratoire pendant le prétraitement.

Plus de détails sur le prétraitement et la datation du bois

Emballage recommandé

Mettre les grands échantillons directement dans des sacs plastiques de type ZipLock. Les sacs ne vont pas contaminer l’échantillon. Les petits échantillons ou les petites particules doivent être entourés de papier aluminium afin de créer un récipient. Mettre chacun de ces emballages dans un sac ZipLock étiqueté.

Attention: Ne manipuler qu’un seul échantillon à la fois. Le processus d’emballage de chaque échantillon doit être effectué du début à la fin avant de commencer le suivant pour éviter toute erreur.

Nous vous recommandons grandement d’envoyer vos échantillons dans de petites boites quand cela est possible (au lieu d’utiliser des enveloppes) pour protéger l’intégrité physique des échantillons pendant le transport. Les équipements utilisés par les services postaux font typiquement passer les enveloppes entre des rouleaux lors du processus de tri automatisé, et la faible pression exercée lors du passage est suffisante pour écraser les petits fragments et les réduire en poudre.

Préparation d’envoi et Adresses

Conditions de Paiement

Conseils sur la manipulation des échantillons