AMS dating pottery

Datation par AMS des poteries

Taille recommandée pour les échantillons (de plus petites quantités sont possibles pour les AMS – merci de nous contacter)
10-20 mg de résidus alimentaires brûlés (la taille du tesson qu’il convient d’envoyer dépend de l’épaisseur du résidu calciné)
Contenants recommandés
Sacs Ziplock (si l’échantillon est petit ou risque d’être écrasé pendant le transport, veuillez l’emballer dans de l’aluminium)
Nous vous recommandons grandement d’envoyer vos échantillons dans de petites boites quand cela est possible (au lieu d’utiliser des enveloppes) pour protéger l’intégrité physique des échantillons.
Nous pouvons extraire les résidus des surfaces intérieures de tessons

Remarque – Nos tarifs incluent la mesure d13C, un rapport d’assurance qualité, le calendrier de calibration (lorsqu’applicable), un accès Internet 24h/24 aux résultats de datation passés, ainsi que vos analyses en cours.

Pretraitement – Merci de nous contacter pour discuter de la nature de vos objectifs de recherche afin de garantir la sélection de matériel et les prétraitements les plus appropriés pour vos tessons de poterie. Vous pouvez également demander à ce que l’on vous contacte une fois les prétraitements terminés pour discuter des différentes options de datation.

Extraction des résidus de poterie pour la datation radiocarbone

Le laboratoire est parfaitement disposé à extraire les résidus et retourner les tessons aux clients qui en font la demande. Merci de nous l’indiquer le cas échéant sur la fiche de données. Autrement, l’échantillon sera mis au rebut à la fin de la procédure de datation radiocarbone. Pour plus de détails, voir la politique de Beta Analytic sur le retour des excédents d’échantillons.

Elles sont listées dans l’ordre de préférence de Beta Analytic :

1- Datation des résidus de nourriture carbonisée sur les surfaces intérieures

Le laboratoire préfère les résidus alimentaires brûlés extraits des surfaces intérieures de tessons, qui ont le plus de chance d’être représentatifs de la dernière utilisation.

En général, le résidu de nourriture brûlé doit être sous forme “caramélisée” pouvant être détachée par bouts plutôt que sous forme de poudre de suie. Dans ce dernier cas, il est difficile, voire impossible, d’avoir recours au rinçage basique pour retirer les acides humiques provenant de sédiments, de surfaces ou d’eaux souterraines qui peuvent avoir été en contact avec le matériau.

2- Datation des matières organiques dans les tessons, provenant d’argiles non détruites par la cuisson, et de matières absorbées durant le stockage de nourriture ou de liquides

Pour les tessons sans résidu alimentaire brûlé accroché sur les parois intérieures, il est préférable d’extraire l’ensemble de la matière organique argileuse ou provenant des dégraissants, tout ce que le pot aura contenu durant son usage, et toute substance entrée en contact avec depuis la mise en terre.

Lors de la datation des matières organiques dans les tessons, nous pouvons obtenir soit une date exacte, si toutes les matières organiques sont contemporaines à la période d’utilisation, soit une date qui indique “l’âge minimum”. Cependant, l’échantillon peut être plus âgé que la date obtenue, si des matières organiques s’y sont infiltrées par la migration d’acides humiques.

3- Datation des agents de trempe extractibles

La datation des agents de trempe organiques est possible lorsque le matériau organique est calciné, ou lorsque la température n’était pas assez élevée lors de la cuisson pour les brûler complètement.

Les coquilles utilisées comme agents de trempe ne seront pas affectées par des températures inférieures à 600°C. Si la température dépasse 600°C, le carbonate peut se dissocier et relâcher son carbone comme dioxyde de carbone (CO2). Lors du refroidissement, le CO2 disponible reformera le carbonate. Si ce CO2 était le CO2 d’origine, alors la teneur en carbone de la coquille ne sera pas affectée. Toutefois, si du CO2 est disponible dans l’argile, le carbonate reformé reflétera l’âge de l’argile. Si l’argile est plus ancien que l’époque de la cuisson, l’âge du carbonate sera également plus ancien que l’époque de la cuisson. Si le CO2 provient du combustible utilisé, alors l’âge de la coquille reflétera l’âge du combustible. Dans ce cas, il faut également tenir compte de l’homogénéité du carbonate reformé. Des fragments différents peuvent se reformer à partir de différentes sources de CO2.

Remarque – Si vous prévoyez d’envoyer des échantillons de poterie, merci de nous contacter au préalable si vous avez des doutes sur le choix de la méthode.

Le plus grand biais en datation radiocarbone va dans le sens des âges récents à cause de la contamination par du carbone moderne, qui ajoute de la masse de carbone, et du carbone 14 radioactif. Les carbones plus anciens (comme les vieilles argiles) ont peu d’impact, à moins qu’il n’y ait eu aucune contamination secondaire en carbone moderne. Il est difficile dans ce dernier cas d’atteindre des niveaux de contamination significatifs.

ASTM Method D6866

Les tessons de poteries peuvent être datés si les résidus de nourriture carbonisés se détachent par bouts de l’argile en dessous. Dépendament de la consistance de la suie, les prétraitements chimiques peuvent être variés : lavage à l’acide suivi ou non par un bain alcalin.

La source de la suie déterminera si les résultats indiquent la période d’utilisation ou pas. S’il s’agit des résidus de nourriture d’origine marine, il faut appliquer une correction pour éliminer l’effet “réservoir marin”. Si la suie provient du bois, la date obtenue pourrait être plus jeune que la période d’utilisation.

L’âge radiocarbone indique le moment où la matière s’est arrêtée d’interagir avec la biosphère. Pour un arbre vivant âgé de 200 ans l’âge du cœur sera de 200 ans même si l’arbre est toujours en vie, tandis que toute matière de croissance : cernes de croissance périphériques, racines, écorce et noix, aura l’âge radiocarbone zéro. En partant du périphérique, tout cerne de croissance a un an de plus d’ancienneté ; les ajouts successifs d’anneaux empêchent tout échange de carbone entre la biosphère et les cernes intérieures. Donc l’âge radiocarbone ne sera pas le même pour le bois de cœur et le bois d’aubier. Par conséquent, la précision de la date obtenue dépend de la provenance du prélèvement de bois, ainsi que de l’absence de contaminants artificiels.