COVID-19 Notice: WE ARE OPEN AND OPERATING NORMALLY
Beta Analytic, as a laboratory, is considered an essential business under Florida's statewide Stay-at-Home Order. Taking the necessary measures to maintain employees' safety, we continue to operate and accept samples for analysis. IRELAND - Our forwarding office in Dublin is CLOSED at this time due to the current government restrictions. Please contact us BEFORE sending your samples so we can recommend you the best way to proceed.

AMS dating groundwater

Analyse des isotopes stables – Mesure du δ17O dans l’eau par CRDS

Taille d’échantillon recommandée
2 à 5 ml (utilisez un flacon neuf et remplissez le jusqu’en haut sans laisser d’espace libre).
Contenant recommandé
Veuillez utiliser une boîte avec une protection suffisante pour éviter tout dommage pendant le transport.
Délai
7 jours ouvrés
Veuillez nous indiquer si vos échantillons d’eau contiennent du sel ou ont été à proximité de tout emplacement utilisant du C14 artificiel.

Les tarifs Beta Analytic de datation au carbone 14 pour les échantillons d’eau incluent uniquement les mesures δ13C, δ18O et δD. Le laboratoire fournit l’analyse δ17O séparément ou avec les mesures δ18O et δD par spectroscopie à cavité optique (CRDS).

EnvoiPour plus de renseignements sur le prélèvement et l’envoi des échantillons d’eau, veuillez consulter notre page Datation radiocarbone des eaux souterraines.

Veuillez utiliser ce formulaire pour envoyer des échantillons pour analyse δ17O. Pour toute question au sujet de votre échantillon, veuillez contacter le laboratoire.

Pourquoi mesurer le δ17O de l’eau ?

La triple variabilité isotopique fournit plus d’informations sur les conditions environnementales que les outils isotopiques combinés seuls. Par exemple, l’excès de deutérium dans l’eau – en interprétant la variabilité des isotopes du protium vis-à-vis du deutérium par rapport au δ18O des eaux météoriques – a été utilisé pour améliorer l’interprétation de l’humidité et de ses effets sur le fractionnement des isotopes de l’eau. Étant donné que de nombreux matériaux géologiques (minéraux évaporites) n’incorporent pas l’hydrogène dans leurs composants structurels, l’utilisation d’un excès de deutérium a ses limites en tant qu’indicateur environnemental. Peu de matériaux peuvent produire des résultats significatifs (Li et al., 2015).

L’oxygène a l’avantage d’être un outil isotopique triple qui peut donner des informations complémentaires sur la systématique de la condensation et de l’évaporation de l’oxygène de nombreux matériaux oxygénés. Il n’a été reconnu que récemment que le Δ17O, ou la variabilité de 17O et 18O par rapport à 16O, a le potentiel d’un indicateur supplémentaire, la précision de l’analyse isotopique ayant augmenté. Les recherches actuelles se sont concentrées sur la compréhension de la variabilité du Δ17O dans les eaux météoriques modernes comme référence pour corréler les résultats du Δ17O à d’autres matériaux.

Capacités de Beta Analytic

Le CRDS actuel du laboratoire est capable de déterminer les valeurs δ17O ((17O/16OUNKN/17O/16OSTD-1) * 1000) de la vapeur d’eau avec une précision de +/- 0,8 ‰ ou plus ainsi que de déterminer une valeur en excès de 17O (également appelé Δ17O).

La valeur 17O en excès est définie comme l’écart par rapport à une relation attendue dans les rapports 17O/16O et 18O/16O (Li et al., 2015). Le CRDS mesure à la fois le δ17O et le δ18O et le logiciel calcule l’excès de 17O.

Les données sont utilisées pour fournir des informations concernant les conditions dans lesquelles le changement de phase s’est produit. L’eau s’est-elle évaporée dans un climat aride ou humide ou à haute ou basse altitude ? Les données de Δ17O peuvent affiner davantage les conditions en ajoutant des effets de condensation et d’évaporation au fractionnement.

Il a été établi que l’évaporation faisait varier à la fois les valeurs de δ18O et Δ17O alors que la condensation s’est avérée modifier uniquement les valeurs de δ18O de façon significative. Ce qui suggère que les valeurs de δ17O et δ18O corrèlent à des vitesses différentes avec évaporation et condensation.

Référence :

Li, S., Levin, N. E., & Chesson, L. A. (2015). Variation à l’échelle continentale de l’excès de 17O des eaux météoriques aux États-Unis. Geochimica et Cosmochimica Acta, 164, 110-126.

Dernière mise à jour de la page : septembre 2020