AMS dating groundwater

Mesure des isotopes d’Oxygène (δ18O) et Deutérium (δ2H ou δD) pour les échantillons d’eau

Taille d’échantillon recommandée
2-5 mL (Veuillez utiliser un petit flacon n’ayant jamais été utilisé et le remplir complètement en ne laissant aucun espace libre.)
Emballage recommandé
Veillez à utiliser une boîte suffisamment solide pour éviter toute casse pendant le transport.
Temps de délivrance des résultats
14 jours ouvrés ou moins
Merci de nous indiquer si vos échantillons contiennent du sel ou ont été à proximité d’un endroit utilisant du C14 marqué (C14 artificiel).

Nos tarifs de datation AMS pour les échantillons d’eau comprennent actuellement les mesures δ13C, δ18O et δD, un rapport d’assurance qualité, un calendrier de calibration lorsque cela est applicable, et un accès en ligne 24/7 aux résultats antérieurs et analyses en cours.

Les mesures des isotopes stables de l’oxygène-18 et du deutérium sont également disponibles séparément, sans la datation au radiocarbone. Les mesures δ18O et δD sont réalisées sur les échantillons d’eau dans un spectromètre de masse de rapport isotopique (IRMS).

Comme l’exigent les études hydrologiques, l’interprétation des valeurs δ18O et δD incombe au client.

Envoi – Pour plus d’informations sur le prélèvement et l’envoi d’échantillons d’eau, merci de consulter notre page relative à la Datation radiocarbone des eaux souterraines.

Merci d’utiliser ce formulaire lors de l’envoi d’échantillons pour analyses δ18O et δD en NON conjonction avec la datation au radiocarbone.

N’hésitez pas à nous contacter à lab@radiocarbon.com si vous avez des questions concernant vos échantillons.

Remarque – Le laboratoire inclut systématiquement la mesure de l’isotope stable d’oxygène pour les carbonates dans le service de datation au radiocarbone et fournit également cette analyse séparément.

Analyse d’isotopes stables δ18O et δD pour les eaux salines et hypersalines

Beta Analytic utilise la méthode d’équilibre isotopique pour déterminer le δ18O et δD des échantillons d’eau liquide. Cette méthode est idéale pour les échantillons d’eau de source. Les eaux marines (avec une salinité (S) de 35 g L-1) peuvent être analysées avec succès étant grâce à la période d’équilibration prolongée. Quelques limites existent pour les eaux naturellement très salines (par exemple S > 100g L-1) comme celles présentes dans certains marécages, lacs et lagons hypersalins et les saumures hydrothermales. Ces limitations sont dues à des facteurs de fractionnement dépendants de la salinité entre le CO2 et le H2O et causent généralement des pertes de précision de l’ordre de 0.5 + o/oo pour le δ18O et 5.0 + o/oo pour le δD. Pour une meilleure précision des résultats, des facteurs de correction appliqués après analyse peuvent être nécessaires en fonction du coefficient d’activité de l’espèce isotopique et de la salinité de l’échantillon original.

Références:

Kendall C., Caldwell, E., Isotope Tracers in Cachement Hydrology (1998) Elsevier Science B.V., Amsterdam. Pp 51-86.

Christophe Lécuyer, Véronique Gardien, Thomas Rigaudier, François Fourel, François Martineau, Alexandre Cros, “Oxygen isotope fractionation and equilibration kinetics between CO2 and H2O as a function of salinity of aqueous solutions”, Chemical Geology, Volume 264, Issues 1–4, 30 June 2009, Pages 122-126.

François Martineau, François Fourel, Anne-Marie Bodergat, Christophe Lécuyer, “D/H equilibrium fractionation between H2O and H2 as a function of the salinity of aqueous solutions”, Chemical Geology, Volume 291, 6 January 2012, Pages 236-240.