AMS dating groundwater

Datation radiocarbone du carbone organique dissous (DOC) de l’eau douce

Taille d’échantillon recommandée 
500 mL d’eau pour le DOC uniquement, 1 L d’eau pour analyse du DIC & DOC
Le laboratoire acceptera uniquement des échantillons ayant une concentration minimale en COD de 5,0 mg / L. Si vous ne connaissez pas la concentration de DOC, veuillez en informer le laboratoire.
Veuillez nous contacter avant d’envoyer des échantillons inférieurs au volume recommandé.
Contenant recommandé
Bouteille en verre ambré qui laisse le moins d’espace libre possible; les bouteilles en verre ambré à goulot étroit avec capuchon fermé sont recommandées.
Service disponible
AMS Standard – résultats communiqués sous 30 jours ouvrés
REMARQUE : Pour le moment, nous fournissons UNIQUEMENT l’analyse C14 du DOC sur les échantillons d’eau douce. Nous fournissons l’analyse C13 du DOC sur les eaux douces et saumâtres.
Veuillez NE PAS prétraiter les échantillons avec des produits chimiques.

Remarque – Les tarifs incluent les mesures du d13C, les rapports d’assurance qualité et l’accès 24/7 aux résultats antérieurs et aux analyses en cours. Des frais supplémentaires sont facturés si les mesures d’isotopes stables d’oxygène-18 et de deutérium sont demandées.

Merci de nous préciser si vos échantillons d’eau contiennent du sel ou ont été à proximité d’un lieu utilisant du C14 artificiel.

Les flacons de prélèvement et/ou d’envoi doivent être neufs et n’avoir jamais été utilisés.

Beta Analytic ne peut accepter les échantillons d’eau douce traités avec du chlorure de mercure (HgCl2) ou de l’azoture de sodium (NaN3). Nous n’avons pas les moyens pour éliminer ces substances toxiques.

Prélèvement des échantillons

 
  1. Assurez-vous de prélever les échantillons d’eau à la profondeur que vous souhaitez étudier.

  2. Les bouteilles de type Nalgene peuvent être utilisées pour le prélèvement, mais le verre est préférable et fortement recommandé pour le stockage à long terme.

    Les bouteilles en plastique et en verre doivent être préalablement nettoyées dans un bain à 10% d’acide chlorhydrique (HCl) et rincées à l’eau désionisée pour éliminer tout contaminant éventuel. Les bouteilles en verre doivent également être chauffées à 450 ° C pendant 6 heures pour éviter toute contamination.

  3. Rincez soigneusement la bouteille au moins 2 fois avant de collecter l’échantillon définitif à l’aide d’un filtre à eau. Utilisez un filtre avec des tailles de pores comprises entre 0,2 et 0,7 µm.

  4. Remplissez la bouteille en laissant le moins d’espace libre possible.

  5. Si les échantillons doivent être conservés pendant un certain temps, ils doivent être réfrigérés entre 3 et 5 ° C.

  6. Fermez l’espace entre la bouteille et le capuchon avec du ruban adhésif pour empêcher l’échange de dioxyde de carbone (CO2) avec l’atmosphère pendant le transport.

Autres recommandations

  • Veuillez identifier clairement l’extérieur de la bouteille avec une référence écrite à l’encre indélébile.
  • Il est utile de mesurer le pH, la salinité et la concentration du DOC avant l’envoi, mais cela n’est pas obligatoire.
  • Veuillez ne pas ajouter de produits chimiques lors du prélèvement, y compris des produits acides ou autres composés de conservation classiques.

Si possible, les échantillons doivent être envoyés réfrigérés ou froids (NON congelés). Les pains de glace de premier secours sont parfaits pour cela, car ils évitent que les échantillons ne chauffent trop pendant le transport.

Avant de placer vos échantillons dans une glacière ou un carton, veuillez mettre les bouteilles dans un sac en plastique fermé. Veuillez utiliser des cartons avec suffisamment de papier bulle pour éviter toute casse.
REMARQUE : Beta Analytic NE RETOURNE PAS les échantillons d’eau, bouteilles ou réfrigérants.

Nous vous recommandons d’envoyer vos échantillons par transporteur spécialisé. Merci de nous communiquer par mail le nom du transporteur et le numéro de suivi de votre colis afin que nous puissions suivre son acheminement.

Le carbone organique dissous (DOC) est le plus grand réservoir de matière organique et de carbone réduit dans les océans, d’une taille à peu près équivalente à celle du CO2 dans l’atmosphère (Beaupré 2007). Le DOC se retrouve également dans les écosystèmes terrestres et joue un rôle important dans le cycle global du carbone, en partie en raison de sa capacité à transporter le carbone entre différents bassins de l’écosystème (Kolka 2008). Le DOC peut provenir de l’extérieur de l’écosystème (carbone atmosphérique, transport sur de longues distances) ou de l’intérieur de celui-ci (plantes / organismes microbiens ou sols / sédiments). Des niveaux élevés de matières organiques ne sont pas rares dans les environnements contenant moins d’oxygène, tels que les marécages (Bruckner 2016).

La mesure du radiocarbone dans le DOC est un outil utile pour identifier les sources et les processus cycliques du DOC dans les eaux naturelles, tant en eau douce que marine (Xue 2015). Alors que les âges absolus peuvent à eux seuls fournir des informations sur les sources de carbone contenues dans le DOC, ils sont d’autant plus utiles lorsqu’ils sont combinés à des informations complémentaires, telles que les mesures du 13C ou d’autres mesures d’isotopes stables à partir de nutriments tels que le phosphate ou le nitrate. Cela est dû au rôle du DOC dans le cycle des nutriments et leur disponibilité dans les écosystèmes.

Parallèlement aux autres nutriments présents dans l’écosystème, les mesures du radiocarbone et des isotopes stables dans le DOC permettent de brosser un tableau plus complet de la santé d’un écosystème. Lorsque des échantillons sont collectés le long d’un transect dans un bassin versant, une zone agricole, etc., les données peuvent être utilisées pour quantifier les contributions au pool de DOC provenant de sources de carbone anciennes et modernes, déterminer la qualité de l’eau et l’impact sur un écosystème particulier. Par exemple, une zone vierge et peu touchée des Everglades en Floride aura un âge radiocarbone moderne ou presque moderne, indiquant une contribution relativement faible des « anciennes » sources de carbone comme les gisements de tourbe et des contributions élevées de sources modernes, principalement dues à l’absorption de CO2 atmosphérique par les plantes en C3 indigènes des zones humides (Stern 2007).

Références:

  1. Beaupré, S. R., Druffel, E. R., & Griffin, S. (2007). A low‐blank photochemical extraction system for concentration and isotopic analyses of marine dissolved organic carbon. Limnology and Oceanography: Methods, 5(6), 174-184.
  2. Kolka, Randall, Peter Weishampel, and Mats Fröberg. “Measurement and importance of dissolved organic carbon.” Field measurements for forest carbon monitoring. Springer, Dordrecht, 2008. 171-176.
  3. Stern, J., et al. “Distribution and turnover of carbon in natural and constructed wetlands in the Florida Everglades.” Applied Geochemistry 22.9 (2007): 1936-1948.
  4. Xue, Y., Ge, T., & Wang, X. (2015). An effective method of UV-oxidation of dissolved organic carbon in natural waters for radiocarbon analysis by accelerator mass spectrometry. Journal of Ocean University of China, 14(6), 989-993.
  5. Monica Z. Bruckner (2016). Measuring Dissolved and Particulate Organic Carbon (DOC and POC) (accessed September 2019)